Poemes

J’etais innocente,
Tu es entre dans ma vie
En toi j’ai vu le pere dont j’avais toujours reve
Je t’ai donne mon amour,
Je t’ai donne ma confiance
Tu en as abuse
Tout comme tu m’as abuse
Aujourd’hui, a cause de toi
Je porte un masque
Je vis derriere mes murs
La douleur me ronge de l’interieur
Je dois me battre tous les jours pour survivre
En attendant le jour ou je serai capable a nouveau de vivre
Mais mon enfance et mon innocence
Tu les as prises a tout jamais
Je pleure l’enfant que je ne serai jamais

Ma bataille

Ma vie est une bataille permanente
Une bataille pour survivre
Une bataille pour sourire
Quand je meurs a l’interieur
Une bataille contre la douleur
Une bataille contre les cauchemars
Une bataille contre les nuits sans sommeil
Mais cette bataille je vais la gagner
Tu m’as brisee mais non detruite
Je suis comme le phoenix
Je renais de mes cendres

Tous les poemes suivants sont de Puce, membre du forum

Ame bienveillante

Avouer son amour à la personne qu’elle aime,
S’ouvrir aux autres sans craindre d’être blessée,
Accorder sa confiance sans crainte ni méfiance,
Pourquoi tout cela lui est-il si compliqué ?
Pourquoi avec son coeur a-t-on joué ?
Cela paraissait-il si amusant,
De jouer avec l’âme d’un enfant ?
Elle, si fragile, si innocente,
Pourquoi lui a-t-on fait connaître la trahison et la souffrance ?
Dans ce vaste monde, où règne la violence,
Cesseront-elles un jour, ces questions incessantes ?
Laisserez vous enfin ce coeur détruit en paix ?
Est-ce possible de penser qu’un jour,
Une âme bienveillante lui tendra la main ?

Detresse

Je me suis échouée,
Sur une plage désertée.
Ne comprenant pas le sens de mon naufrage
J’ai cherché dans les nuages, une ombre, un visage.
C’est alors qu’ont resurgi,
Ces souvenirs que j’avais enfouis.
La nuit vient de tomber,
Je compris alors pourquoi j’avais sombré.
N’ayant pour dormir,
Que de mauvais souvenirs !
J’essaie de me réconforter,
En me disant qu’avec l’obscurité
Quelqu’un dans mes rêves, viendrait me consoler

Innocence

Combien faudra-t-il d’années,
De silence et d’obscurité
Pour effacer de sa mémoire
Les souffrances de son histoire.

Quel testament, quel évangile
Quelle main aveugle ou imbécile
Peux condamner tant d’innocence
De tant de larmes et de souffrances ?

Dans son sommeil tourmenté
Coulent des larmes sur son visage apeuré.
Redonnez-lui ne serait-ce qu’un instant
Un peu de magie dans son coeur d’enfant

L’enfant

L’enfant n’en peut plus.
Cet amour elle n’en veut plus.
Les caresses de ce monstre
La détruisent et la rongent.
Elle voulait un grand-père parfait
Elle n’a eut qu’un amour déformé.
Il a violé son innocence
Et volé sa tendre enfance.
L’enfant veut se venger.
Venger cette vie volée
Revoir cet amour déchu
Et récupérer sa vie perdue.
Ses caresses sanglantes se découvrent.
Sur le corps du monstre, elles courent.
La vie s’échappe de ce corps
Pour rejoindre sa juste mort.
L’enfant n’en peut plus
Elle décide alors de s’en sortir.
L’enfant à toute sa vie devant elle
Une vie rien qu’à elle.