Qui suis-je ?

Tout d’abord, je voudrais me présenter. Je m’appelle Alex. J’ai 21 ans. J’ai un DEUG d’histoire. Je suis française, mais j’habite actuellement aux Etats-Unis ( c’est pour ça que je ne mets pas d’accents, il n’y a pas d’accents sur les claviers américains ).

J’ai été victime d’abus sexuel durant ma jeunesse ( voir mon histoire pour plus de détails ). C’est la raison pour laquelle j’ai voulu créer ce site.
Quand j’ai voulu trouver des informations et du support en France sur les conséquences des abus sexuels, je n’ai presque rien trouvé.
Mon but est donc de fournir un minimum d’information et un lieu où les gens peuvent recevoir le support nécessaire.

Un peu plus sur moi …

  • J’adore les USA
  • J’adore les animaux ( en particulier les chevaux, les chiens et les chats)
  • J’aime marcher dehors et sentir le soleil sur mon visage
  • J’adore le chocolat ( glace au chocolat, gateaux au chocolat, cookies …)
  • J’adore les couchers de soleil
  • J’aime faire du shopping de temps en temps.
  • Je deteste les jupes et les robes, je suis toujours en pantalon.
  • Je déteste tout ce qui est injuste
  • Je n’aime pas les champignons
  • Je suis très têtue
  • Je suis toujours impatiente
  • Je suis plutot douce de tempérament
  • Je suis timide

Mon histoire … ! Attention, peut être difficile à lire

J’ai été abusée pendant 5 ans par mon oncle, de 6 a 11 ans. Il avait l’habitude de me toucher partout dès qu’il en avait l’occasion.

Ensuite, la même chose s’est passee avec le mari de ma soeur quand j’avais 13 ans. Et puis j’ai été harcelée pendant un an par un prof de tennis.

J’ai « oublie » tout cela pendant des années. Je m’en suis souvenue seulement en février 2001.
Ca a été très dure pour moi. Pendant 2 mois, j’ai vécu quelque chose d’horrible. J’avais l’impression de mourir à petit feu de la douleur que j’avais à l’intérieur à cause de ça.
Pendant ces 2 mois, je n’ai pas dormi une seule nuit correctement. Je pleurais sans même savoir pourquoi. J’ai fait une dépression. La douleur que je ressentais à l’intérieur était tellement insupportable que j’ai pensé à me sucider. Heureusement je ne l’ai pas fait.

Apres 2 mois, j’ai commencé à me sentir mieux, à oublier encore d’une certaine façon. L’été s’est plutôt bien passé même si je me sentais mal régulièrement et que j’ai eu un « flash-back » ( images accompagnées de sentiments très forts, souvent la peur ).
Mais au mois de novembre, tout a recommencé de nouveau. Les nuits à rester éveillée, les cauchemars, la peur, la douleur … Nouvelle dépression … Je n’arrivais plus à suivre mes cours à l’université, j’étais incapable de me concentrer. Je me sentais vidée rien qu’en essayant de vivre normalement. J’ai donc décide de faire un break pour prendre le temps de réfléchir à tout ça et trouver un moyen de « guérir ». J’aurais du faire cela depuis longtemps mais je ne l’ai pas fait.

Voilà , je vais enfin mettre mon témoignage a jour. Maintenant nous sommes au début de l’année 2005 et j’ai 23 ans. Cela fait 4 ans que je me suis souvenue de ce qu’il m’est arrive.
Apres avoir traverse l’enfer pendant une année, j’ai commence a remonter la pente tout doucement. Aujourd’hui, j’ai réussi a mettre derrière moi ce qu’il m’est arrive. Même si j’y pense toujours (ce n’est pas possible d’oublier), ce n’est plus un handicape, je suis heureuse.
Maintenant, je suis à nouveau heureuse de vivre, j’ai vaincu presque tous mes démons. Je me suis mariée et je suis la maman d’un beau petit garçon.

J’espère que toutes les personnes qui viendront sur ce site en se sentant aussi mal que j’ai pu me sentir trouveront l’aide nécessaire pour s’en sortir tout comme moi.

6 réflexions sur « Qui suis-je ? »

  1. Comment fait-on pour en sortir, je suis mariée, j’ai un enfant et pourtant mon corps et mon coeur sont morts, malgré une analyse et des anti dépresseurs, dites moi comment faire pour vivre et non survivre et surtout je voudrais connaitre une association de personnes telles que nous pour pouvoir penser aussi que cela arrive aux autres et que l’on peut s’en sortir.Merci de votre écoute

  2. Bonjour Bechat, Chaque personne est differente, et il n’y a pas de solution miracle, mais je peux t’assurer que l’on peut s’en sortir, que tu peux revivre. Je te conseille vivement d’aller sur le forum, c’est un excellent lieu d’ecoute et pour partager avec d’autres victimes. Tu peux aussi consulter la liste d’associations sur ce site pour essayer de trouver une association proche de chez toi.

  3. Merci beaucoup ALEX, de ta réponse mais c’est un peu difficile matériellement et moralement d’aller sur un forum, surtout que je ne l’ai jamais fait.
    Mais merci tout de même de m’avoir écrit et malgré toutes nos souffrances, je nous souhaite à TOUTES PLEIN DE VIE, D’AMOUR et ENFIN LE BONHEUR

  4. j’avais 14ans, eux 16. ils m’ont fait boire et fumer, je ne savais pas ce que c’était. dans un excès de confiance, j’ai accepté de goûter à toutes ces choses que je ne connaissais pas. arrivée à un état lamentable, je ne pouvais plus marcher, ni parler correctement. je me souviens de peu de choses (et c’est sûrement mieux comme ça), je me rappelle être allongée sur la terre, il avait plu, il était sur moi… quand j’ai dit que je ne voulais pas, il m’a dit « si tu es consentente », et je ne sais pas pourquoi je me suis dit que s’il le disait, alors c’était vrai. je n’étais pas en état de le repousser, j’étais extrêmement passive, j’avais mal mais plus rien ne sortait de ma bouche. à partir de là, c’est le trou noir. je me rappelle ensuite être avec son pote, dans un autre champ et il m’obligeait à lui faire une fellation. il me tenait la tête, je me rappelle encore cette odeur qui me dégoûtait, j’avais mal partout, partout, partout! mais je ne peux rien dire de plus, je n’ai plus de souvenirs à partir de là. par la suite, j’ai oublié, pardonné, mais tout m’a très vite rattrapée, jusqu’à ce que je sombre dans la dépression. internée pour cause de tentatives de suicide et de scarifiation, mon adolescence commençait à s’effondrer de plus en plus. quand j’ai réussi à faire à nouveau confiance à un garçon, j’ai été atteinte d’un vaginisme. je me sentais vide, mon corps n’était plus le mien, il me dégoûtait, comme s’il ne fonctionnait pas selon mes ordres mais selon les siens. il ne m’appartenait plus. dans tout ce désarroi, j’ai trouvé grâce à mes parents la force de porter plainte. cela fait maintenant 3ans que j’attends un aboutissement. dans moins d’un mois, je serai en face de lui (le seul contre lequel les charges ont été retenues, car faute de preuves, les autres n’ont pas été poursuivis). et je suis totalement paniquée, j’ai peur! on appelle ça une confrontation, rien que ce mot me paralyse! j’ai raté ma 1ere année d’étude supérieure à cause de cette fragilité inérente en moi et j’ai peur de commencer une nouvelle année aussi faiblement. dernièrement, guérie de mon vaginisme, je me suis abandonnée à la luxure, sans jamais de désir ni d’amour. aujourd’hui encore je me demande pourquoi. je reproduisais exactement le même schéma que ce soir du 12juillet 2002… boire jusqu’à perdre le contrôle de moi-même et laisser un homme profiter de mon corps… j’ai besoin d’être rassurée quant à cette procédure, longue et atrocement douloureuse. je crois avoir aujourd’hui trouvé l’amour, oui j’y crois. mais le souvenir de cette soirée où tout a basculé ne s’en va jamais de ma tête. j’ai réalisé ce week end que ma vie se résume à l’avant et l’après. et étrangement, je me suis rendue compte que je n’ai que très peu de souvenirs de ce que j’ai vécu auparavant, comme si ça s’était effacé de ma mémoire, comme s’il avait été impossible que je vive autrement… et ça m’a terriblement effrayée…

    ce qui m’ennuie, c’est que j’ai peu de souvenirs de cette soirée, et je me suis retrouvée dans des états tellement lamentable et pathétique. ce n’est peut être pourtant pas si grave… je ne sais plus, mais aujourd’hui je vois les hommes comme des bourreaux et je me vois comme du bétail emprisonné sous leur joug. je commence à leur refaire confiance, et comme je l’ai dit je suis en train de tomber amoureuse mais la méfiance que j’éprouve à son égard malgré tout me fatigue et me frustre. comment un jour redonner sa confiance et essayer de vivre pleinement? mon procès sera-t-il l’aboutissement que j’imagine depuis 3ans? tellement de questions sans réponse… mon cerveau sature, je me sens asphyxiée, j’ai parfois le sentiment que mon esprit flotte au dessus de moi, je m’envole je m’en vais, mais le retour à la réalité revient toujours et il fait toujours un peu plus mal… c’est mon histoire, abrégée mais je pense qu’on peut ressentir quand même la souffrance que j’endure depuis 4ans, je sais que je ne suis pas la seule, les chiffres sont d’ailleurs tellement effrayants que je préfère fermer les yeux sur tout, et vivre inconsciemment sans me soucier de mon avenir ni de la terre puisque je ne vis que dans l’attente de la mort…

  5. g 17 ans et g etait violé il y a 10 ans par le frere de mon meilleur amie
    pendant 10 ans g garder le secrait et jen subi les consecense ,avec la peur ke sa recomence je ne ses plu coi faire des ke kelkin maborde je fai des atake de panique sa devien insuportable ke me conseiller vous eske je dois dire la vériter et le faire payer ou me taire et le lésser sentirer tous se ke je ses ses ke moi je doit vivre avec et sa ses horrible car je nose pa sortir seule de ché moi merci de maider sa serai simpa merci

  6. bonjour à tous,et je vous remercie pour ce site qui permet au personnes en diffucltés d’en parler de leur souffrance
    j’ai 21 ans maintenat,on a abusé de moi à l’age de 6 ans,c’etais un voisin à moi ,il avait 20 ans,la première fois c’etais dans un ascenceur ila aessayé de me penetrer par derrière,j’ai eu la peur de ma vie,et lorsuqe il aterminé de satisfaire ses desires il m’a laisser aller ,j’avais tellent peur ce jour là et je n’arriverai jamais à oublier,je le croisais souvent à la cage d’escalier il me touchais et m’embrassais,et pour oublier tout ça je me suis acharnée sur mes cours j’etais une tres brillante eleve,mes à mes 15 ans soudain tout m’est revenue et depuis mes 15 ans j’arrive plus à chasser ces images de ma tete,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *